One Piece Rpg V.5.1 :: suite de l'entrainement
One Piece Rpg V.5.1 Index du Forum

One Piece Rpg V.5.1


FAQRechercherMembresGroupesS’enregistrerProfilSe connecter pour vérifier ses messages privésConnexion

suite de l'entrainement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    One Piece Rpg V.5.1 Index du Forum -> Le Monde -> East Blue -> Les îles d'East Blue -> Syrop Town
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Suigetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 29/01/2011, 12:08    Sujet du message: suite de l'entrainement Répondre en citant

Enfin nous somme arrivés, que Kaf entame déjà une conversation :

Me voilà prêt à poser pieds sur cette ile inconnu, j'espère que mes prestations t'ont plu. Me tarde de me dégourdir les jambes sur terre ferme, je me sent tellement léger et plein de vie. Je tenais à te remercier de nouveau Suigetsu, tu est un véritable ami. Ho Kricky, à mes pieds !

Et bien effectivement je suis ravi de t’entendre dire ceci, et oui hélas nous arrivons sur terre ferme. Je comprends tout de même le fait qu’il soit de la race d’un humain, il ne peut donc se passer de cette racine. Je me pose marche aussi aisément que lui, je n'ai plus faim, c'est à dire que cette jeune femme aux talents de navigatrice était vraiment bonne, même carrément délicieuse. Je propose à kaf de louer un petit appartement pour quelques temps afin d'être posé :

Kaf que dirais tu d'un petit studio pour nous tous afin de se reposer quelques peu et pour que tu continue ton entrainement ?


En attendant sa réponse, je lui propose de tout prendre en charge. Pendant ce temps, accompagné de ces deux animaux de foire, je me plonge dans ce village apparemment très calme, et me sépare de Kaf. Je m'en vais faire des achats, je dois tout d'abord me rendre dans une bibliothèque pour prendre le plus de renseignement au niveau de la vie sur les sabres, sur la personne ...

Boarf, le village semble petit mais cette surface contient un nombre incalculable de bouquins, c'est vraiment impressionnant. Je suis surpris de la taille de cet espace, et comment dire, démoralisé car je vais devoir chercher pendant des heures et des heures. Heureusement que deux de nos compagnons sont venu pour m'aider. Euh non en fait, ils sont assez bordéliques, entre kriky qui est trop fort pour passer les rayons et donc qui fait tomber tout les livres, et Grey ce volatile qui empêche toutes personnes de lire normalement à parler tout le temps, ça en devient insupportable. Bon je ne sais pas comment vous l'annoncer mais je ne trouve guère de livre appropriés et cela me fait perdre ma patience. J'en ai marre de chercher, une montagne de livre se trouve à mes côtés mais aucun ne m'est utile bon sang de bonsoir.

Au bout de deux heures je trouve enfin ! Que suis-je bête, un vrai homme poisson, je ne sais point que chaque rayons est uniques, j'ai fais les rayons Bande Dessinée, manga, philosophie, environnementaux sans aucun résultat mais là enfin j'ai trouvé. Je décide de partir tout en ayant acheté un énorme parchemin. Ensuite je continue mon chemin pour ensuite aller chez un vendeur de katana afin de me renseigner sur les nouveautés, les prix d'anciens sabres ...
De magnifiques sabres sont en vente à des prix monstrueux, cela ne sert même à rien d'en regarder l'objet en question. Bon voilà quoi, moi je ressors d'ici en possession d'un sabre en bois afin de maitriser le bokken.

Enfin fini, nous rentrons au studio, kriky et grey y rentre pendant que moi j'en ressors de suite laissant derrière moi que deux bouts de papiers pliés en seize, prenant l'apparence d'une boule.

Sur la table d'entrée se trouve un mot puis un parchemin.

Mot :

Je t'ai laissé de quoi t'entrainer, un sabre en bois, un parchemin et quelques livres. Moi je suis parti pour visiter les chantiers navales afin de trouver un navire ou d'en faire faire un.

Parchemin :

* Le premier livre, le Chapitre de la terre est une introduction, une discussion métaphorique sur les arts martiaux, la tactique, et sur l'entraînement.
* Le second livre, le Chapitre de l'eau, décrit le style de Basil (un grand épéiste), le ni ten ichi-ryū. Il décrit des techniques de base et quelques principes fondamentaux.
* Le troisième livre, le Chapitre du feu, traite des tactiques à employer au cours d'un duel et sur le champ de bataille.
* Le quatrième livre, le Chapitre du vent, est une discussion de ce que Basil considère comme des failles dans les autres styles de sabre
* Le cinquième et dernier livre, le Chapitre du vide est un court épilogue qui énonce en termes ésotériques l'idéal du guerrier tel que vu par Basil.

Chapitre de la Terre :


Mais le principe maître de la voie de la stratégie est pour Basil le minutage, la synchronisation. Selon le Chapitre de la terre, il faut être capable d’adapter sa stratégie de façon à la synchroniser avec propres aptitudes afin de savoir quand il faut et quand il ne faut pas attaquer.

« C’est la synchronisation qui permet au danseur ou au ménestrel d’être en rythme. La synchronisation et le rythme apparaissent dans les arts martiaux, le tir à l’arc, les armes à feu et l’équitation. En tout art et en toute capacité, il y a la synchronisation. Même dans le vide il y a la synchronisation. Tout au long de la vie du guerrier, dans sa prospérité comme son déclin, dans son harmonie comme dans ses désaccords il y a la synchronisation. Il y a également la synchronisation dans la voie du marchand, dans la croissance et le déclin de sa fortune. Toute chose vit une synchronisation montante et descendante. Connais d’abord les synchronisations que tu peux appliquer et celles que tu ne peux pas, et des grandes choses et des petites, des synchronisations rapides et lentes, trouve la synchronisation pertinente : c’est là la chose la plus importante à la voie de la stratégie. Il est prioritaire de connaître la synchronisation du contexte, ou ta stratégie deviendra incertaine. »

Chapitre de l'eau :


Le Chapitre de l'eau traite de stratégie mais englobe des éléments qu'un guerrier lisant le livre devrait prendre en considération, comme la spiritualité, la religion et la conception de la vie.

« Deuxièmement, le Chapitre de l'eau. Avec l'eau comme base, le cœur se fait eau. L'eau prend la forme de son récipient, elle est un mince filet ou devient un gigantesque océan. Si par la maîtrise de l'escrime tu bas un homme, tu peux battre n'importe quel homme en ce monde. Le cœur nécessaire pour battre un homme est le même que pour dix mille hommes. La stratégie rend grandes les choses petites, comme de construire un grand Bouddha avec une mesure d'or. Il m'est impossible d'expliquer en détail comment y parvenir. Le principe de la stratégie est d'avoir une chose, et d'en connaître dix mille autres.

« Ton attitude doit être large ou petite en fonction de la situation. Les méthodes haute, basse et médiane sont décisives. Les méthodes gauche et droite sont fluides et ne doivent être utilisées que s'il y a un obstacle au-dessus de la tête ou sur le côté. Décider de la gauche ou de la droite dépendra du terrain. »

Chapitre du feu :


Le Livre du feu s’intéresse aux techniques de combat, la plupart éloignées des techniques du Livre de l'eau. Il va plus en détails en termes d'astuces pour évaluer une situation, ainsi que d'autres instructions concernant des situations spécifiques.

Il note les avantages évidents de l'armure, ainsi que de la préparation avant un duel ou une bataille. Cela ne s'applique pas juste à un homme, mais à un groupe d'hommes :

De même qu'un homme peut en vaincre dix, mille hommes peuvent en vaincre dix mille. Cependant, on peut devenir un maître stratège en s’entraînant tout seul avec son épée, de manière à apprendre les stratagèmes de l'ennemi, sa force et ses ressources, et arriver à comprendre la stratégie pour battre dix mille ennemis.

L'emplacement selon le Go Rin No Sho est crucial. Il faut être à un endroit où les constructions humaines (bâtiments, tours, châteaux...) n'obstruent pas la vue, ainsi qu’être sur ou face à une position où le soleil ou la lune n'affectent pas la vision. Cela pour que la vision reste concentrée uniquement sur l'ennemi, et ainsi favoriser la concentration sur les stratagèmes ennemis.

Chapitre du vent :


Chapitre du vide :


Il traite spécifiquement de ce "Qui n'est pas visible";

"Par la connaissance de l'existant, on peut appréhender l'inexistant"

C'est un parchemin rare dont plusieurs parties ont étaient retrouvées dans des ruines.




En ce moment même, je me trouve face au marché cherchant un navire digne de notre futur équipage !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 29/01/2011, 12:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
L.Ksas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 30/01/2011, 15:05    Sujet du message: suite de l'entrainement Répondre en citant

Kaf marchait seul, les passants le regardaient ahuri, et abasourdi par la vue des morceaux de tissus salis par le sang, qui sortait de ses bras. Le torse râblé du jeune homme brillait au soleil, comme si il venait d'assister à une séance de massage et que son corps était enduit d'huile. Sa chevelure redevenait volumineuse et sa présence attirait toujours autant de regards. S'il marchait seul c'est parce que Kricky avait suivit Grey et Suigetsu, partis à la recherche d'un navire en bonne et due forme pour accueillir leurs corps imposant. Kaf lui était censé, trouver un petit studio qui servirait d'endroit tranquille pour finaliser l'entrainement. Une petite baraque d'une dizaine de mètre carré suffirait à l'équipage, et c'est justement une affiche de location qui se trouvait collé sur un mur, en face du lion noir. Kaf l'arracha et allait à l'adresse où se trouve l'appartement disposé au rez de chaussé.

Il y a quelqu'un ? Criait l'homme noir tout en passant sa main droite dans ses cheveux crépu.

Oui monsieur

C'est un vieil homme au regard sombre, qui répondait au chasseur de prime. Cependant l'homme semblait honnête, il était accompagné de son petit fils qui répondait au nom de Tony. La patience n'était pas la plus grande qualité du grand père car, il ne cessait de gueuler sur le petit avorton.

Tony arrête de sauter sur la murette, tu va te faire mal. Mais Tony tu va arrêter de me rendre fou à chaque fois! Excusez-moi monsieur, mon petit fils est assez ravageur, j'en ai oublié de me présenter. Je suis Patrick, vous vous appelez comment je suppose que vous venez pour la location de mon petit studio.

L'homme était bavard, mais s'exprimait avec classe et simplicité, il mit Kaf en confiance dés leur premier contact. L'homme noir n'eut le temps de se présenter à son interlocuteur que Tony s'exprimait, le gamin admirait le chasseur de prime comme si son idole se trouvait devant ses yeux.

Monsieur vous saignez ? Ça va ? Vous vous êtes battu avec les méchants pirates, et il vous ont coupé les bras ? Heiin ?

Kaf rigola et était content de rendre admiratif un enfant. Il ce rendait compte qu'il vendait du rêve à ce jeune garçon et était fière de lui.

Hahaha , Non Tony, je me nomme Kaf, et je suis chasseur de prime. Il est vrai que je me suis battu avec un pirate il y a peu de temps sur une ile qui s'appelle Megatown, mais il m'a juste coupé les cheveux, et tu sais quoi ? Je lui ai donné une bonne correction car les gentils triomphent toujours, je lui ai même confisqué ces épées, regarde.

Kaf dégaina ses deux sabres, pour les montrer à Tonny. Et s'accroupit à hauteur du marmot. Il leva le regard en direction de Patrick tout en esquissant un sourire rassurant puis dit au vieil homme.

Je pense que les présentations sont faites, et oui, je suis venu à votre rencontre pour louer l'appartement. Vous me le feriez à combien ?

Le grand père toussa comme pour attirer le regard de Kaf et effectua un geste de main comme pour lui demander de se rapprocher. Le lion noir se leva alors, remit ses sabres dans leurs étuis respectifs et se retrouvait en face de l'homme qui répondit.

Pour vous c'est gratuit, Vous êtes chasseur de prime n'est-ce pas ? Alors vous éliminerez les pirates qui sèment le trouble sur Syrop Town. Alors ?

Il est vrai que Kaf devait garder l'argent empoché par Junko, pour l'achat du bateau. S'il pouvait louer cette maison gratuitement, il le ferait.

Oui j'éliminerai ces pirates de pacotille, vous ne connaissez donc pas le Duo que je forme avec mon compagnon Suigetsu ? On est puissant vous n'avez pas de soucis à vous faire.

Voilà d'un commun accord, Kaf allait donc louer cette maison gratuitement. Il s'installa alors dans la maison. Suigetsu à rejoint l'homme noir au studio, il l'avait retrouvé grâce aux informations des passants. Mais seul Kricky et Grey restent en compagnie de Kaf, l'homme poisson lui était reparti, et avait laissé trainer derrière lui des parchemins et un sabre en bois. Kaf saisie le kit d'entrainement d'une main, et commença une longue lecture.

Le premier chapitre parlait de synchronisation, les gestes et le mental, doivent agir ensemble. L'âme et le corps doivent coexister et s'entendre ce chapitre est donc très important surtout pour l'apprentissage du sabre.
Le second chapitre faisait allusion aux stratégies pouvant être utilisé afin de vaincre un ennemi. Toutes ces lettres, et phrases complexes remplissaient de confusion le jeune cerveau de l'apprenti. Mais il est clair que tout cette paperasserie était destinée à éduquer une personne dans le domaine des arts martiaux.
Une partie du parchemin a été effacée certainement à cause du temps qui décime tout objet, tout être humain et toutes choses existantes sur le globe terrestre. Un dernier paragraphe était gravé sur le papier ancien mais les phrases étaient trop complexes.

La lecture avait était épuisante, surtout la compréhension, mais bon maintenant Kaf pouvait attendre Suigetsu afin de passer à la pratique. Il allait éliminer les pirates qui rodaient sur cette île, non seulement pour l'entrainer, mais surtout parce que c'est son métier et qu'il a une dette envers Patrick.
Revenir en haut
Suigetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 30/01/2011, 21:03    Sujet du message: suite de l'entrainement Répondre en citant

Je suis en ce moment même positionné au beau milieu de tout un chantier, je me sens vraiment minuscule à côté de ce qui m'entoure, c'est fou ce que le monde est grand. Tout autour de mon corps, ont peut même sans avoir une bonne vue, beaucoup de navires et encore ceci est un euphémisme. Dans mon allée ainsi que dans ces voisines se trouve énormément de stands cachant derrière eux des personnages vivants très bruyant. Des voix aiguës ainsi que graves se mélangent à l'environnement pour au final ne plus comprendre leurs dires, c'est ce que j'appelle bruyant. Même si je suis venu ici dans le but de me trouver un navire convenable pour quatre personnes, je ne peux supporter ceci, comment dire mieux, c'est irritant. Entendre de toutes parts :

Un plancher très brillant pour trois milles berrys ou une réduction pour deux achats !

Je suis là, je marche tout en me bouchant les oreilles, le visage tout crispé tout en me dépêchant. Ahhh je suis enfin sorti d'ici me dis-je. Soudain une magnifique vue s'offre à moi, je suis ébahis par ces magnifiques maisons flottantes. Je peux enfin voir un chantier de professionnel, c'est alors que je me rends sur un navire de la marine pour ensuite me diriger vers d'autres bateaux. Je m'offre une vraie visite guidée, je n'ai jamais eu l'occasion auparavant de pouvoir toucher et voir de plus près de telles constructions. Je peux voir pleins d'hommes scier, clouer et faire pleins de choses afin de finaliser ces armatures en bois, ils travaillent vraiment d'arraches pieds. En sortant d'un très beau navire, au bout d’une demi-heure d'admiration, je me fais interpeller :

Eh oh toi là-bas ! Que fais tu sur notre chantier, tu n'as pas le droit de résider ici !

Tu ne vois pas que l'ont travailles dur ici, retourne faire mu-muse !


Une bouffée de chaleur monte en moi, ma musculature se resserre, mes nerfs s'entrelacent, ma mâchoire de requin vient faire grincer mes dents. Mes bras se dirigent vers le bas de ma garde qui elle même se retrouve droite en direction du vide, puis je l'empoigne de mains fermes.

L'homme commence à prendre peur, il recule très doucement et commence à s'excuser.

Je sors mon sabre, le pointe vers lui puis le plante avec un accompagnement très puissant dans le sol de façon à ce qu'elle ne bouge plus d'un point. Tout ce qui me sert de puissance, vient se relâcher, se détendre jusqu'à se retrouver les deux bras le long du corps, le visage sans émotions regardant le sol boueux. Soudain un sourire extra large se fait voir au moment où mon visage se retrouve à fixer droit dans les yeux ce jeune homme âgé de la vingtaine tout comme moi. Puis je sors de mes poches une liasse de billets, je lui affirme du prix, ce con me montrant sur son expression faciale un air apeuré et soulagé par cette blague ne vérifie même pas. Bref, bien sur que c'était une blague, je suis un chasseur de prime et ne vais donc guère tuer des innocents. Bien que par le passé j'ai tué une femme, et que ceci reste encore gravé dans ma conscience.

Enfin bon, je lui montre l'argent, et lui demande de me faire faire un navire dans les plus courts délais. Pour être rassuré, je l'accompagne pour avoir plus de sureté, c'est à dire que nous allons voir le spécialiste de la voile, l'ébéniste, et pleins d'autres personnes afin de construire notre futur bateau.

Ceci étant fait, je le remercie et ont se donne rendez-vous dans deux jours ici même. Ensuite je part de ce foutoir et me ramène au bâtiment loué par mon collègue Kaf. Sur le chemin, ne me restant que peu de sous, je décide d’acheter un deuxième sabre en bois et remercie à nouveau ce vieux marchand de sa bonne marchandise. Ce commerçant est content qu’un chasseur de prime de haut niveau soit dans cette ville, il me remercie à son tours pour ma venue dans son piteux local. Enfin fini, j’arrive à l’appartement, j’ouvre la porte métallique et voit Kaf debout devant une table le sabre en main surement prêt à la pratique. Sans faire de bruit, j’admire cette superbe musculature dorsale réalisée par mon propre entrainement. Je peux voir de partout que sa masse a augmentée au fil du temps de repousse de sa chevelure.
Suite à cela, je vais le voir, et lui dit :

Hey Kaf, à ce que je vois tu as fini le plus barbant, j’espère que ça n’a pas été trop difficile !
accompagné d’une tape dans le dos.

Bon ce n’est pas tout, tu as un entrainement à finir, tiens je t’ai apporter un second sabre en bois. Maintenant que tu as acquis le kenjutsu, je vais t’enseigner le ni-to-kenjutsu qui est en fait le maniement à deux sabres.

Tout d’abord, je tiens à te féliciter pour ce style obligatoire que tu as acquis en un temps record. Ensuite de cela, j’aimerai que tu sache que le maniement à deux armes est aussi nommé le Daishi qui représente fidèlement le samouraï. Ce style te permettra juste de pouvoir parer toutes attaques plus facilement, attaquer plus souplement, ou même parer et attaquer en même temps. Je tiens aussi à te signaler que ce mode de combat ne sera jamais en concurrence avec ton précédent acquis, le kenjutsu restera pour toujours le meilleurs.

Sur ce, tu vas donc t’entrainer sur une bonne parties de pirates de l’ile, hors cette fois là, tu n’en tueras aucun mais les blesseras au niveau des os et de chaque points vitaux afin de les rendre invulnérables aux yeux de tout les passants. Par la même occasion, je vais me dérouiller un petit peu et faire de même mais sans mon épée.

Voilà ce que je vais faire, et dans deux jours, ont partira avec notre nouveau navire sur les mers afin de commencer la vraie aventure d’un chasseur de prime.
Revenir en haut
L.Ksas
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 30/01/2011, 22:47    Sujet du message: suite de l'entrainement Répondre en citant

Suigetsu était rentré et tapait dans le dos de Kaf amicalement avant de déblatérer un nombre incalculable de phrases, tous plus intéressante les unes que les autres. L'homme ne cessait de se dire à quel point il se sent bien aux cotés de ses compagnons. Même kricky et Grey n'avaient pas de défauts, apparents en tout cas.

Hey Kaf, à ce que je vois tu as fini le plus barbant, j’espère que ça n’a pas été trop difficile !
Bon ce n’est pas tout, tu as un entrainement à finir, tiens je t’ai apporter un second sabre en bois. Maintenant que tu as acquis le kenjutsu, je vais t’enseigner le ni-to-kenjutsu qui est en fait le maniement à deux sabres. 
Tout d’abord, je tiens à te féliciter pour ce style obligatoire que tu as acquis en un temps record. Ensuite de cela, j’aimerai que tu sache que le maniement à deux armes est aussi nommé le Daishi qui représente fidèlement le samouraï. Ce style te permettra juste de pouvoir parer toutes attaques plus facilement, attaquer plus souplement, ou même parer et attaquer en même temps. Je tiens aussi à te signaler que ce mode de combat ne sera jamais en concurrence avec ton précédent acquis, le kenjutsu restera pour toujours le meilleurs. 
Sur ce, tu vas donc t’entrainer sur une bonne parties de pirates de l’ile, hors cette fois là, tu n’en tueras aucun mais les blesseras au niveau des os et de chaque points vitaux afin de les rendre invulnérables aux yeux de tout les passants. Par la même occasion, je vais me dérouiller un petit peu et faire de même mais sans mon épée.
 


Kaf devait donc ne pas tuer ses ennemis, cela allait être difficile de retenir ces coups. En fait, non, ce n'allait pas être très compliqué. Le lion noir s'est entrainé à attaquer avec précision, et à se déplacer furtivement. Il allait enfin pouvoir utiliser, ses deux sabres, qu'il avait confisqué au binoclard sur Megatown.

Suigetsu, je t'attendais, et je me sens prêt à aller buter du pirate. J'utiliserai ces deux lames, elles sont belles, et docilement aiguisés. Me tarde de combattre à tes cotés, nos animaux seront de nouveaux fière de nous.

Kaf se leva brusquement, comme si il était pressés d'allait tuer. Simplement il devait avoir envie d'en finir avec cet entrainement, et pouvoir fumer de nouveau. Au fond de lui même, une envie de combattre s'animait joyeusement, comme si le diable prenait possession de ces organes.

Allons prendre l'air, nom d'un chien je suis en pleine forme.

C'est sans T-shirt, les muscles saillants, chevelure virevoltant au grès du vent, armes prêtes à êtres dégainées. Les pirates n'ont cas bien se tenir, sur Syrop Town, leurs morts est proche. Oui, Patrick faisait confiance à Kaf et la parole du chasseur de prime est d'or, puis il a une réputation à tenir. Kaf passa la main dans sa longue tignasse ébouriffée, prit une longue inspiration avant de stopper sa marche folle. Il lança un regard vers son compagnon d'aventure. Devant eux se trouvaient six pirates, des ivrognes, ignorants certainement l'existence d'être humain aussi puissant mentalement que les deux chasseurs de primes. Ils étaient assez gueulards et empestaient l'alcool forte, elle couvrait même l'odeur du poiscaille.

Haaaaaaaaa

Un cri de guerre était évacué sans discontinu de la bouche de l'homme noir, tout en avançant il dégaina les deux lames de leurs étuis à l'aspect neuf. Sa position de garde est simple, un pied derrière l'autre, les jambes légèrement fléchies. Les lames sont positionnées en croix, cotés tranchants vers l'avant, le premier pirate qui était en face à face avec lui s'est retrouvé avec la gorge scalpé. Les deux lames se sont frottées contre la peau du cou au hors la loi tout en se décroisants progressivement. Deux autres pirates sautèrent dans la direction de Kaf,mais il fit un déplacement en pas chassé. Au moment même où les pieds des deux hommes retouchèrent le sol, leurs foies se firent transpercer d'un coup sec par le pic des lames. Kaf en avait finit avec ses ennemis, et il ne les avaient pas tués, sa mission était donc accompli. Il essuya le peu de sang sur ses lames avec le tissu blanc qui recouvrait ses avants bras.
Revenir en haut
Suigetsu
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 01/02/2011, 21:26    Sujet du message: suite de l'entrainement Répondre en citant

Bon c'est parti, je vois Kaf devant moi, partant sur ce champs de bataille, jetant ces deux sabres spécialisés dans le style Boken au sol tout en les remplaçants par ces deux katana confisqués il y a peu. Je me tape le visage tout en râlant :

Quoi, mais pourquoi ne m'a-t-il point écouté, il ne maitrisera jamais ce style !

Je suis vertical au mur et je le regarde, il se considère surement puissant, il faudrait que je lui montre la différence en ce qui concerne le maniement de ce dernier membre spécialisé dans la découpe d'organes vivants. Je me redresse, décide d'abandonner les arts martiaux pour prendre en temps record mon Zambato et le positionner la pointe vers ce jolie paquet de primés. Ensuite de cela, je détends chacun de mes bras tel un écureuil grignotant sa noix, et je fléchi les membres inférieurs tout comme un animal sauvage prêt à bondir sur sa proie. Ainsi mon arme tranchante est en position parallèle au sol battu par les pas de chacun. J'analyse et remarque six personnages néfastes à ce peuple innocent. Je décide d'être sympathique et d'en faire que la moitié, en plus de ceci aucunes de ces crapules ne perdra vie de par mon côté tout aiguisé.

C'est alors que je me mets à courir dans cette posture plutôt inconfortable selon la durée, et tranche ce qui nous est indispensable pour respirer c'est à dire l'air d'un coup très rapide afin de lui découper le ceinturon jusqu'à lui faire tomber la salopette et l'immobiliser pour un laps de temps convenable. Par la suite, j'implante mon épée dans le béton formant le trottoirs voisin à la route, puis me maintient en position de poirier sur mon seul et unique bras droit, le rendant flexible pour au final pivoter par la gauche et foutre un kick digne de mon nom d'une puissance pour dire vraie sans précédents. Le pirate âgé d'une trentaine d'hivers se voit encastré dans une assez grande cavité étant à l'origine une magnifique vit-traille représentant l'ancien seigneur des pirates " Gold D roger " cette misérable ordure, plus précisément dans une paroisse faite de milliard de minéraux construisant le matériel de briques. Le troisième et dernier pirate, faible comme il est ose s'aventurer dans des endroits hostiles tels que le trajet se conduisant à moi, de front. C'est à la vitesse supersonique qu'il devient tout d'un coup impuissant tel un papillon de nuit. Grey est comment dire, oublié depuis pas mal de temps déjà, c'est pour ainsi dire qu'il refait son entrée sur scène en parsèment le décors de pétales tranchantes devenues très rapidement rougeâtre, de couleur sang.

Pour ne pas dire faux, tel un homme ne supportant guère les boissons alcoolisées, et devenant lent à la détente, je n'ai pas besoin de bouger un seul de mes doigts, que mon subordonné s'occupe de la paperasse.
Enfin fini, je perçois dans mon champs de vision, mon cher Kaf qui selon moi a comme acquis les bases de son nouveau style de combat. Quant nous reprendrons la route, il pourra enfin finaliser son entrainement en portant ma propre arme, inutilisable si, porté par les bras d'un humain ordinaire. Après avoir déblayé tout dangers, mes amis et moi quittons ce lieu propre et ont se dirige vers le marché.

Après une bonne centaine de foulées, il est évident que nous arrivons sur ce territoire rempli de marchand. Ahhh je suis encore obligé de reprendre ce chemin, c'est à dire qu'il est très très long, je ne l'aime pas beaucoup mais nous somme vraiment obligé d'y passer, il n'y a aucune autres voies. C'est ainsi que nous marchons fort loin dans cette foule se faisant tapoter par des tas de vendeurs afin de claquer notre argent dans ces conneries. Arrivé en plein milieu, Grey commence à battre de l'aile et se diriger droit vers le ciel pour ensuite crier :

C'est pas bientôt fini bande de marchands de pacotilles !

Soudain tout le monde se met à chercher ce son, pour ensuite ce calmer. De suite Grey revient sur l'une de mes épaules et je le félicite pour cet engagement à la parole. Étrangement, toutes personnes voyant Grey ainsi que la petite compagnie se bousculent pour ne point y être confrontés, c'est donc pour cette raison que notre traversée est devenue confortable. Enfin nous sommes sorties de ce remue ménage, et je me dirige vers les navires pour de suite tomber sur le même homme que la fois dernière. Je lui demande s'il à fini le navire, car j'en ai besoin de suite. Il me répond par l'affirmative et me demande de le suivre, j'obéis et j'y vais. Je demande à Kaf :

Tu veux venir ? moi en tout cas j'y vais !

Donc je continu de le suivre et me dirige vers la mer d'east blue qui ne m'est pas inédite, pour enfin voir notre embarcation de chasseur de prime sur flot. Je suis ébahi, je n'en reviens guère, c'est un magnifique travail et je suis sincèrement ému de cette équipe forgée d'un mental comme il se doit et qualifiée pour faire de bonnes choses, et encore ce n'est qu'un euphémisme.

La coque du navire est faite de chêne, son contour est quant à lui fait de noyer. Trois mats ont été implantés dans notre pont supérieur de façon suivis, nous possédons donc un premier mat, un second mais cette fois ci de pavillon c'est à dire que c'est celui-ci qui détient la plus grande voile. Sur cette voile y ai incorporé une représentation éblouissante de notre avenir, plus précisément un énorme coq positionné tel un marine portant le béret rouge avec derrière son postérieur, une armée de volatiles sous ses ordres. Et en dernier, le troisième mat est utilisé pour la poupe et donc pour faire pivoter le navire de droite à gauche ou inversement. Aux côtés de cette fameuse poupe, se trouve un gouvernail travaillé par un vrai sidérurgiste prenant ainsi donc la forme d'un Coq. C'est à dire que ce fameux coq désigne l'emblème de notre flotte qui à chaque escale coule et remonte à notre retour tel un guerrier retournant dans tout les cas vers les hautes strates. Ce qui forme des barrières à l'arrière du navire, les pavois sont uniques.

Je suis tellement content, que j'abandonne les autres pour courir en faisant de grandes foulées pour pénétrer dans notre nouvelle demeure et visiter l'intérieur. Que vois-je, une salle composée de plusieurs objectifs, c'est à dire que la première pièce est utilisée pour la cuisine, la détente et la navigation. Je suis heureux, cet homme a même pensé à des boussoles, compas, il y a même un curvimètre ( ce qui permet de définir sur une carte la distance kilométrique entre deux points ) ...
Ensuite je descend l'escalier pour y voir une vraie salle d'entrainement composé d'une bonne panoplie, après je continu mon chemin pour y voir les dortoirs ainsi que les douches. Je remonte ne visitant guère la soute, pour au final me joindre à la tête de proue qui représente le chef d'un poulailler.

Je regarde à nouveau le créateur en lui faisant un signe de venir et l'attend. Je le remercie une nouvelle fois et lui donne les 29 millions de berrys que nous possédons, et oui c'est cher mais il est normal de les récompenser. Ensuite de cela, il me fait la liste de ce qu'il a du se procurer comme matériaux et ça en valait la peine :

La scie égoïne
La scie à dos
Le trusquin
Le compas de menuisier
Le marteau arrache clous
Le maillet en bois ou à tête
Une hache, une varlope et une perceuse.
Les papiers abrasifs
Le rabot

Et tout un tas de bricoles très chères. Bref j'ai terminé et je regarde l'équipe en leur faisant un énorme sourire et en plongeant mon poing vers l'avant avec comme plus, mon pouce pointant vers le ciel pour montrer ma satisfaction.

Respect And Protect
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:03    Sujet du message: suite de l'entrainement

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    One Piece Rpg V.5.1 Index du Forum -> Le Monde -> East Blue -> Les îles d'East Blue -> Syrop Town Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Nous lier :


Partenariat :



Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
L'annuaire RPG
Powered by phpBB © 2001, 2013 phpBB Group, Design by Dansker & Script by Reiji Saya - Version 5.1 - Design © 2006, 2013
Traduction par : phpBB-fr.com